Mon premier week-end aux Etats-Unis

 

Dans le cadre du Mandela Washington Fellowship, j’ai quitté le sol togolais le jeudi 15 juin 2017pour un séjour aux Etats Unis.

« Mandela Washington Fellowship » est un programme initié et mise en place par l’administration Obama qui vise à créer un pont entre les acteurs américains et la génération de jeunes leaders africains engagés dans la transformation du vécu quotidien sur le continent. Cette année, cette opportunité a été offerte à 12 jeunes Togolais qui se sont envolés de Lomé à bord du vol d’Air France à destination de Paris. Une fois arrivé à Paris, le groupe de fellows fut séparé et chacun poursuivi sa route vers son institution d’accueil.

Après une escale à New York, je fus accueillie à Bangor airport le samedi 17 juin, en compagnie de deux amis du même programme (Jai Cliff-Holmes d’Afrique du Sud et Anna Laroya de Tanzanie) par le directeur de la durabilité de l’Université du Maine, Dan Dixon. A 2h (soit 6h GMT) nous sommes arrivées à l’Université, notre gite.

Une arrivée tardive et la vue du lit ont  facilité la gestion du décalage horaire car à mon réveil il sonnait 7h soit 11h GMT.

Toute excitée de rencontrer les 22 autres fellows mes partenaires des semaines à venir, j’ai survolé le petit déjeuner pour me consacrer à la prise de contact avec les activistes dans les domaines de l’eau, de l’environnement et de la santé.

 

Après le déjeuner, nous avons été répartis en 3 groupes à la découverte de l’université : visite des infrastructures sportives, randonnée sur les pistes cyclables et visite des secteurs clés prioritaires lors de notre séjour. Embarqué dans ce dernier groupe, j’eus comme réflexion à Mushira (une assistante de cours à L’U-Maine) « ce campus est tellement grand que je préfère maitriser dès le début les endroits indiqués pour les sessions. Une fois que je pourrai m’orienter, découvrir le reste du campus lors de mes promenades personnelles ou en groupe ne serait qu’un jeu d’enfant. »

Je vous donne rendez vous dans un autre article pour mes impressions lors de cette visite

A 17h, le groupe s’est retrouvé à la Great Room pour une sortie découverte de la ville afin de fusionner avec les habitants de la ville d’Orono et de profiter du Festival Artsapalooza qui s’y déroulait.

Ce festival, organisé par la Stillwater Community Arts, était particulier vu que les artistes se produisaient dans les boutiques ou à des places apprêtées à cet effet par les exploitants des boutiques ou les propriétaires des lieux. Le ticket d’entrée étant proscrit, ce festival « d’amateurs » était très attrayant. Une prestation de Tap Dancing (Claquettes) réalisé par un groupe de trois femmes dont la moyenne d’âge avoisinerait la cinquantaine sur l’espace de stationnement des sapeurs-pompiers m’a permis de transpirer. Avec Christina de Madagascar, nous nous sommes laissé aller au « country » dans un des Coffee shop puis de danser de la « musique folle » dans une salle de yoga. Cet après midi fut lourd de rencontres fortuites avec nos hôtes, les « Mainers » dans leur simplicité et dans leur ordinaire. Notre surprise fut grande lorsque nous avons appris qu’une des dames qui étaient à nos petits soins tout en restant disponible à nous assister en cas de besoin était une sénatrice des Etats Unis d’Amérique.

L’esprit plein du charme du Maine, nous nous sommes retrouver au Margarita’s pour le diner. Première immersion dans le Maine et premières impressions sur la communauté locale pour sa qualité d’accueil qui sera pour nous un atout de taille lors de notre séjour.

Dimanche matin, aidés par Andrea, nous avons suivi la messe communautaire avec Elizabeth (Kenya) et Cristina (Mozambique). De petites friandises au bar à glaces nous ont ramené à la Great room pour les mises au point pratiques (présentation des participants et du staff, distribution des cartes d’accès et autres informations logistiques). Cap alors sur le Boom House Restaurant pour le déjeuner avec à  la clé la surprise à Dan pour son anniversaire qui coïncidait avec la fête des pères. Un gâteau sur lequel nous avions inscrit « Papa Dan » lui a été offert (nouveau surnom de notre hôte).

 

Une fois repu, c’était quartier libre. J’en ai profité pour faire la connaissance de ma nouvelle colocataire, celle avec qui je serai dans l’appartement pendant le séjour. Elle est ghanéenne et s’appelle Victoria. Son nom est « my sister in law » parce que j’ai découvert qu’elle a épousé un Ewé du Togoland.

Joyeuse de toutes ces découvertes mais fatiguée par le voyage, je me suis laissée à un doux et reposant sommeil afin de refaire mes forces pour ma première semaine aux Etats Unis.

Kossiwa T, MWF2017